Sortie  Articles  Spectacle  Du côté des spectateurs  Plan
 
Les fanes côté spectacle
 

Le fait de conserver  précieusement son ticket est le premier symptôme d'une maladie qui touche parfois le spectateur, une affection qui le met sournoisement en position de fan, individu dévoué corps et âme à son idole et privé de tout sens critique en phase terminale.
Le fan collectionne jusqu'à se ruiner parfois. Il fait partie de clubs, crée musée ou site Internet dédiés à l'objet de sa passion...
Sur ce site, ils seront Fanes ... ambiance potagère oblige !
***
Le cas s'aggrave à l'occasion d'une attention particulière :  regard, paroles, invitation à monter sur scène, autographe ou dédicace personnalisés, photo en compagnie de l'artiste ou... comme pour le cas qui nous intéresse, courrier distribué  par le facteur, écrit par Ernestine Chassebœuf  et  adressé personnellement à certains spectateurs.  Je fus une de ces privilégiées, à ma grande surprise...  et confusion. Nous étions le 12 Mai 2005 (voir ticket)

 

 

Pour moi, un pur moment de poésie... Merci Ernestine !     Dans le noir, je n'ai pas pu lire la carte...

...  mais j'ai ouvert le paquet :   du rire en boite    !  

Intérieur tapissé de papier doré avec cinq barquettes plissées pour cinq patates  bonnes à planter.  Photo prise en 2007.  En 2012, cinq momies dans leur sarcophage.
***

 

Le mal devenant incurable, il me fût impossible  de suivre les directives tuberculaires d'Ernestine,  j'ai préféré conserver ces reliques... Oui, même l'enveloppe ... dont j'ai flouté par prudence une partie de l'adresse, le virus poussant parfois au vol ...

Vous qui avez eu aussi cette chance, partagez et envoyez vos témoignages, des photos de votre  lettre,  carte ou cadeau  


Vendredi 13 mai 2005 6 h37

Chère Ernestine,

Hier soir, j'ai eu le plaisir de voir la pièce de théâtre montée sur vos lettres. C'était très réussi, les gens ont applaudi contre les militaires, moins contre la calotte... c'est normal, dans la région c'est toujours curé et compagnie.
Le bureau de poste a été fermé dans mon bled, on dit que ça va aller de plus en plus mal de ce côté-là aussi... en tout cas, le facteur a bien su me trouver pour me distribuer votre courrier en pleine soirée et en pleine représentation. J'en étais toute gênée pour le dérangement, heureusement qu'il avait une autre lettre à donner dans la salle.
J'ai pensé un moment que les théâtreux allaient me faire monter sur scène comme j'en ai vu faire certains à la télé... Mais non.  J'ai découvert une vraie carte et un cadeau de vous dans l'enveloppe. Dans le noir, j'ai cru que c'était des chocolats.
Grand merci pour cette gentille attention, je garderai la carte et la boite à fromage en souvenir de vous et de cette belle soirée.
Encore félicitations pour vos lettres bien sonnées, leur bruit va, j'espère, balayer celui des cloches. Les artistes ont encore de bonnes jambes, vous pouvez compter sur eux pour porter loin vos rouspétances. 

Je vous embrasse,

votre amie Clo

Vendredi 13 mai 2005 8h37

Chère Clo,
 
Je suis contente que le spectacle vous ait plu. Ici aussi il a plu, on en avait besoin, les petites pommes de terre doivent commencer à faire le tubercule faut pas que ça soit trop sec. Ça va m’éviter d’arroser.
C’est dommage que vous ayez pris les petites patates de semence pour des chocolats, c’était un reste de Belle de Fontenay et comme j’aime pas perdre, j’essayais de les faire adopter par quelqu’un. Tant pis, la prochaine fois je les mettrai à la porte d’une église sur un linge brodé avec des initiales, comme dans les deux orphelines. Il était encore temps pour les planter, c’était des primes mais si on les met tard on les a tard et c’est pas grave puisqu’on les garde pour l’hiver.
Les bureaux de poste se suppriment partout. A Coutures faut aller à la Mairie. Avant c’était au tabac, c’était pas terrible non plus, tout le monde peut entendre combien on retire de sous et ça les regarde pas. Maintenant je me fais livrer mes sous par le facteur, comme ça ni vu ni connu.
Dans la Gironde chez les neveux, comme la population a doublé ils vont fermer une poste sur deux. C’est des calculs que j’ai du mal à comprendre. Enfin voilà. Je suis contente que vous ayez passé une bonne soirée.

Quand j’ai été voir la pièce ils m’ont fait le même coup du facteur, heureusement ils ont dit Madame Troispoux et personne savait qui j’étais. Je me voyais déjà sur la scène, j’étais en colère qu’ils m’aient fait ça à mon âge. Mais non c’était juste pour faire un clin d’oeil, qu’ils m’ont dit. Ils sont très gentils, faut bien du courage, là ils jouent trois jours de suite avec tout leur barda à installer, ça va être dur ! Enfin c’est un métier, c’est mieux que l’usine ou piocher les oignons, on voit du monde,

Je vous embrasse, il faut que j’aille pêcher les escargots qui se baladent avant qu’ils bouffent tout et j’espère que ce timèle vous trouvera de même,

Ernestine




Sortie  Articles  Spectacle  Du côté des spectateurs  Plan