Jean-Pierre Brisset   Bernard Froutin dans Mots à lier   Bernard Froutin dans Jean Meslier, athée, profession : curé   Plan
Le complot des littérateurs

Dessin affiche : Valentin Verron

Production ATEct

Texte de  Gilles Rosière
Mise en scène: Arnaud Lecomte
Scénographie: Yann Lefeuvre
Lumière : Paco Cotrel
Interprète : Bernard Froutin
 


Extrait du dossier de presse

Ce spectacle permet de découvrir ou de redécouvrir les fous littéraires, vaste sujet d'études depuis le XIXe siècle.

En 1835, dans un article du Bulletin du bibliophile, Charles Nodier parle d'une bibliographie à faire : celle des Fous. Quelques chercheurs après lui s'y intéresseront, mais il faudra attendre 1930 pour que Raymond Queneau s'attaque sérieusement au sujet, avec le projet de réaliser une Encyclopédie des sciences inexactes. Refusé par les éditeurs, ce vaste projet ne verra jamais le jour mais Queneau en reprendra certains éléments dans son roman Les enfants du limon.

Il ne me reste plus qu'à expliquer ce que c'est qu'un fou littéraire. La chose est difficile, car le terme est mauvais; mais il n'en existe pas de plus approprié. Il est mauvais en ce qu'il suppose légitime de porter sur un homme, un jugement d'aliénation mentale uniquement d'après la forme et le contenu de ses écrits. Or, s'il est possible de le faire avec quelques vraisemblance lorsque le contenu concerne la personne même de l'auteur, il devient délicat, et même absurde, de le tenter lorsque ces écrits portent sur une question scientifique précise. On serait alors obligé d'appeler folie, une erreur un peu trop violente. On voit le danger d'une telle affirmation; il suffit de se souvenir que c'est une façon commode de se débarrasser des novateurs.

Raymond Queneau, Aux confins des ténèbres

Le pataphysicien belge, André Blavier, consacrera la plus grande partie de sa vie à compléter les travaux de Raymond Queneau. Son dictionnaire Les fous littéraires sera publié en 1982 aux Editions Veyrier et réédité en 2001 aux Editions des Cendres.

 

 

Il ne m'a pas été possible, quoi que j'aie fait, de distinguer par sa nature une idée folle d'une idée raisonnable. J'ai cherché soit à Charenton, soit à Bicêtre, soit à la Salpêtrière, l'idée qui me paraîtrait la plus folle; puis quand je la comparais à bon nombre de celles qui ont cours dans le monde, j'étais tout surpris, presque honteux de n'y pas voir de différence. Qu'il me soit permis de le dire puisque cela est vrai : les savants ont parfois des idées folles, aussi folles que celles des aliénés.

François Leuret, Fragments psychologiques sur la folie (1836)

 

 

Les sages ont plus à apprendre des fols que les fols des sages

Montaigne

Extraits du spectacle

Autre vidéo

Compagnie ATEct

 


Articles de presse
 
OUEST-FRANCE, Les Ponts-de-Cé - 13 Janvier 2014

 

Bernard Froutin, entre aliénation et génie

Les spectacles de Bernard Froutin sont désarmants : comment arrive-t-il à faire passer des textes sur des personnages, comme les littérateurs fous, qui semblent si éloignés du commun des mortels ?

Vendredi dernier, au théâtre des Dames, conférencier dans Le complot des littérateurs, son nouveau spectacle créé à partir d'un texte de Gilles Rosière, il n'a cessé d'interroger les frontières parfois ténues entre le génie et l'aliénation. En convoquant, entre autres, les inventeurs de la philo-anthropophagie, de la boussole pasilalinique sympathique, du gastéropode précurseur d'Internet, et l'ineffable Angevin Jean-Pierre Brisset, le découvreur des origines batraciennes de l'homme. L'occasion pour l'acteur, mis en scène par Arnaud Lecompte, de montrer toute la subtilité de son talent, entre jubilation naïve et méfiance résignée. Un tour de force apprécié par la centaine de spectateurs présents.

 
Jean-Pierre Brisset   Bernard Froutin dans Mots à lier   Bernard Froutin dans Jean Meslier, athée, profession : curé  

Plan