Entrée  Politique  TSF. TV. Journaux  Pollution  Sur la piste...  Plan
A bâtons rompus...

 

 

Pour l'encre violette c'est facile, je la fais en mettant un peu de mercurochrome dans de la bleue ordinaire... La bleue pure, je trouve ça trop triste...

Recto-Verso


Le 15 janvier 2002

à  Monsieur le Directeur Trichet de la Banque de France

 

Monsieur,

J’ai trouvé votre adresse dans une revue chez le dentiste, ça m’a donné l’idée de vous faire un petit mot. C’est à propos des monnaies que vous arrêtez pas de changer. Des pièces et des billets j’en ai vu de toutes sortes depuis que j’ai l’âge d’avoir un porte-monnaie. J’en ai même encore de la guerre, celles qu’avaient un trou au milieu pour économiser l’aluminium. Ça me sert de rondelles quand je fais des bricoles.

J’ai rien contre votre nouvelle monnaie. Si c’est pour l’entente entre les peuples et qu’on fasse plus la guerre avec les allemands et les belges, je dis d’accord. Mais là où je suis plus d’accord, c’est d’appeler ça EURO. J’ai regardé sur mon Larousse  à la page des monnaies, il y a de toutes sortes : le Quetzal, le Loti, la Roupie, et même le Taka au Bengladesh et le Pataca de Macao, alors pourquoi vous avez choisi un nom minable comme EURO ? D’abord c’est pas un nom, c’est qu’un préfixe, alors, à quoi ça rime ? J’ai bien peur qu’en faisant ça, vous ayez préparé le boulot pour les américains. Bientôt on dira plus EURO, on dira EURODOLLAR, et l’affaire sera faite. Déjà sur les petites pièces c’est écrit CENT au lieu de centime, c’est un début. Ils nous envahissent avec leur musique, leurs films de coboyes et leurs macdos, ils veulent même nous empêcher de manger des fromages qui puent, alors votre invention de l’eurodollar, je pense que c’est collabo, comme pendant la guerre, et qu’un jour vous serez jugé pour ça, pensez-y. Bon, je vous laisse, je voudrais pas gâcher votre début d’année.

Je vous envoie pas mes vœux, ça vous ferait du tort, et j’espère que cette lettre vous trouvera de même,

Ernestine Chassebœuf


Le 5 février an deux mille et deux

à Monsieur Morin, Magasin Sitmom du Sud-Saumurois, Doué-La-Fontaine
 

Cher Monsieur,

J’ai reçu la publicité de votre magasin par le facteur ce matin. Il y a pas beaucoup de produits qui m’intéressent, surtout que les boîtes sont déjà ouvertes sur les photos, c’est moins appétissant que le journal d’Hyper U que j’ai reçu ce matin aussi.
Il y a juste page 3, le pull-over en prime contre 17 bouteilles d’eau. J’espère que le cachet de la poste fera foi que j’ai gagné. J’ai pas pu répondre par retour du courrier, vu qu’il fallait retrouver assez de bouteilles et qu’il y avait pas votre adresse sur le prospectus. A fallu aller la chercher à la mairie, j’espère que ça sera la bonne. En plus la secrétaire m’a donné 3 autres bouteilles vides, alors si vous pouvez mettre l’écharpe en plus ça serait bien, mais s’il y a d’autres concurrents, mettez–moi juste le chandail, je veux pas les démunir.

Vous me direz où faudra envoyer les bouteilles, je les toutes rincées, pas de problème. Pour la couleur du chandail, plutôt noir vu mon âge, et boutonné devant, sinon ça boudine. Voilà, je vous embrasse, j’attends votre courrier avec impatience et j’espère que ma lettre vous trouvera de même,

Ernestine Chassebœuf


Le  18. 11. 2003

Bonjour Ernestine  !

Au cinéma on m'a donné des cartes postales, c'est pour ça que je t'écris... quand c'est gratuit... En plus on m'a envoyé des échantillons pour les rides mais je me suis dit que tu en aurais plus besoin que moi... tu fais moins jeune. Le docteur m'a dit que je paraissais 10 ans de moins.

Bon je te quitte.

Clémence


Réponse  dans Ernestine écrit partout Vol.2,page 153
Suite ...  Clic !


Le 25 novembre 2003

à Madame de Boisgrollier, Semainière de la publicité


Madame,

Vous en faites bien des histoires avec votre semaine de la publicité. La seule chose intéressante qu’on pourrait faire c’est la semaine sans publicité et même si ça pouvait être une quinzaine ou plus ça serait pas plus mal pour nous désintoxiquer. En plus vous voulez nous faire croire que c’est culturel pour pouvoir mettre des réclames dans les écoles et même dans les livres de classe pour abrutir les gosses encore plus si c’est possible. Donc je vous dis non, on ne se laissera pas faire, vous prenez trop les gens pour des imbéciles.
J’ai vu votre réclame pour la crème de beauté Roc : Avec Roc, vos rides rajeunissent de 10 ans. Faudrait vraiment être une cruche pour vouloir des rides qui seraient plus jeunes que vous, on se demande bien de quoi on aurait l’air. Tout ça c’est des slogans mensongers pour tromper le monde et je ne vous en félicite pas. Si j’avais des meilleures jambes j’irai barbouiller vos affiches avec les jeunes, j’espère que je vous ai convaincus et que cette lettre vous trouvera de même,

Ernestine Chassebœuf


Clic !

Le  17 décembre 2004

à  Comité de soutien Pénestine

 

Messieurs,  Mesdames,

Je ne sais pas trop qui vous êtes mais  j’ai bien reçu votre lettre avec huit signatures illisibles pour soutenir une retraitée de vos amis. Bon,  voilà je lui ai envoyé un courrier comme vous m’avez demandé, j’espère que c’est ce que vous vouliez et que j’ai bien compris. Je vous envoie la copie de la lettre.

J’en profite pour vous envoyer une carte de publicité pour un spectacle qui a été fait avec mes lettres. Je pense que ça peut vous plaire, c’est un spectacle pour tout le monde, sauf pour ceux qui aiment bien les curés et les militaires, vaut mieux prévenir. J’espère que vous n’avez rien à voir avec le Bon Pasteur parce que j’ai une dent contre eux à cause de vieilles histoires et mon ami Edmond aussi, à cause de sa sœur.

Embrassez vos pensionnaires de ma part, tâchons de rester dans la résistance et j’espère que cette lettre vous trouvera de même,

Ernestine Chassebœuf


Le 16 décembre 2004

à  Madame Nicole Pénestine  L.

 

Chère madame,

Vous avez une bande d’amis à Angers qui pensent que ça vous ferait plaisir un petit mot de moi pour votre retraite dans le Morbihan. Puisque vous êtes une fidèle lectrice paraît-il, je m’exécute avec plaisir. Autrefois moi aussi j’aurais bien voulu m’occuper d’enfants mais de par mon métier je me suis plutôt occupée des veaux et souvent on  en  aurait eu des difficiles à vivre si on y avait pas mis le oh là.  Heureusement si ça se passait mal on avait l’abattoir en solution extrême, chose que vous ne pouvez plus faire avec les lois actuelles et c’est tant mieux comme je l’ai déjà écrit quelque part je crois. On me dit que vous faites des voyages à travers le monde. A cause des enfants fugueurs que vous devez poursuivre, je suppose. A mon avis vaudrait mieux les laisser courir et faire leur vie à leur  idée.  Vos amis m’écrivent que grâce à Dieu vous chantez des cantiques quand vous avez bu, c’est un bon début dans la protestation, faudrait juste changer les paroles parce que d’après ce que je me rappelle, ça date un peu. J’espère que vous passerez  une bonne retraite  dans le  Morbihan et que vous n’aurez pas de marée noire dans les prochaines années. Vos collègues ont l’air de bien vous aimer, vous allez sûrement les regretter, mais vous en faites pas il y a bien un club de marins du troisième âge dans votre pays où vous pourrez jouer aux cartes et fumer des pipes tant que c’est encore autorisé.

Je vous embrasse de tout cœur et j’espère que cette lettre vous trouvera de même,

Ernestine


Le 13 janvier 2004
 

Monsieur James T. à Joué l’Assé
 

Cher Monsieur,
 
Je vous remercie de votre lettre. J’ai un peu tardé à répondre. J’étais dans le tri de mes brouillons pour le volume 2 qui paraîtra en mai. Rassurez-vous, ça sera le dernier. L’âge me rattrape, j’ai plus le courage que j’avais encore la semaine dernière. Alors comme ça vous êtes pays avec Raffarin ? Pour Noël j’en ai fait un en pâte d’amande pour un petit neveu mais ça lui a pas trop plu, je me demande bien pourquoi il avait commandé ça au Père Noël, un raffarin en pâte d’amandes ?
Vous n’avez pas l’air d’avoir un grand moral, c’est vrai qu’il y a rien de bien réjouissant actuellement et la tempête qui s’y met, manquait plus que ça. On se souhaite quand même une bonne année et j’espère que ma lettre vous trouvera de même,

Ernestine Chassebœuf


Le 12 mai 2004

Mesdames,

J’ai bien aimé la visite de votre musée, ça rappelle bien des choses surtout le Caïffa qui passait dans les maisons avec sa carriole à chien. Celui qui passait chez nous on l’appelait encore Caïffa, même quand il était devenu facteur rural après la guerre. Son chien il s’appelait aussi Caïffa et longtemps après quand on voyait un chien de cette race là on appelait ça un caïffa.

Je vous envoie un petit journal que j’ai retrouvé. Il servait à protéger le fond du tiroir du haut du buffet de tonton Eugène. Il manque des pages, elles doivent être dans le tiroir du bas mais c’est ma sœur qu’a eu le bas du buffet au partage et comme elle est morte faudrait voir avec les neveux. Quand je les verrai à un enterrement je leur demanderai, pour compléter. Vous verrez à la dernière page, ils ont aussi essayé de faire tirer des charrettes par des insectes, c’était une idée fixe, chez eux.

Voilà, merci beaucoup pour la visite très intéressante et j’espère que ma lettre vous trouvera de même

Ernestine Chasseboeuf


Le 19 janvier 2005

aux Dames du Musée des commerces

 

Mesdames,

J’ai bien reçu votre courrier. C’était très gentil de me répondre pour les veilleuses. Je ne m’en servais plus  depuis longtemps parce que ça éclaire comme un  étron  dans une lanterne. Pour la brouette, pas question  de vous la donner pour l’instant, je l’ai prêtée à la troupe qui joue mes lettres au théâtre. Au sujet du spectacle il y a beaucoup de mécontents dans la région. Ça s’est joué  à Thouarcé et ils vont jouer à Saumur et Montreuil-Bellay mais toutes les places sont prises et tout le monde râle.  Il faudrait organiser d’autres représentations dans le coin mais personne n’a l’idée de le faire parce que c’est du travail, trouver la salle, faire la publicité et tout ça.. Je vous dis ça comme ça, vous n’organisez peut-être pas de spectacles mais si vous connaissez quelqu’un par chez vous qui peut le faire faudrait téléphoner à Marie G., elle vous dirait tout.

Voilà je vous laisse. Je vous souhaite mes meilleurs vœux pour 2005, j’espère que vous aurez autant de visiteurs dans les vieux commerces qu’il y en a dans les supermarchés, moi j’y vais plus et j’espère que cette lettre vous trouvera de même,

Ernestine Chassebœuf

Je vous copie la lettre au supermarché que j’ai envoyée hier.


 

 

 Clic !


Le  9 juin 2005       

Cher  Maurice,

J’avais un autre Maurice dans mes correspondants, c’était Maurice D. de Godewaersvelde dans le Nord, mais je n’ai pas eu de nouvelles depuis longtemps.

Excusez-moi de vous avoir fait la leçon sur horto. Vous connaissez bien l’Anjou pour savoir qu’il y avait un  Turc qui était maire. C’est une vieille famille des Alpes, ils venaient nous vendre leurs oignons de fleurs de là-bas et la descendance s’est dit que ça serait plus simple de les cultiver sur place. Maintenant on fait le contraire, on mange des fraises d’Amérique et on met des caleçons chinois pendant que les gens d’ici n’ont plus de boulot, sauf les patrons qui s’en foutent bien que les ouvriers soient polonais ou chinois du moment que ça leur rapporte un maximum, mais je ne vais pas encore faire de la politique, ça me fait monter la tension.  Si on parle d’orthographe, vous avez raison, j’ai regardé sur mon brouillon, fallait mettre un e à laissée. Je me sers toujours de la méthode de mon maître d’école, il nous faisait remplacer par prendre. La machine m’a prise... C’est efficace, mais seulement si on parle mieux qu’on écrit, sinon ça sert à rien. Même à la radio ils font plus les accords, enfin soyons pas trop puristes, tout le monde parle comme il peut, le principal c’est pas dire trop de conneries et c’est ça le plus dur. Je n’ai pas 99 ans, juste 95 cette année, puisque je suis née en 10.  

Pour M. Hubbourdin, vous pouvez avoir de ses nouvelles sur l’internet, il y a même mis toute notre correspondance, je l’ai vue de mes yeux et j’espère que cette lettre vous  trouvera de même,

Ernestine Chassebœuf

P.S. : Si vous connaissez du monde dans le théâtre, vous pouvez leur dire que le spectacle de mes lettres a un grand succès, ils ont joué partout, à la campagne et à la ville, c’est un grand succès, comme ils ont mis dans le journal.


Juin 2005

à  Monsieur Michel Grégoire

 

Cher  Monsieur,

Vous vous souvenez peut-être de moi. Je vous ai écrit plusieurs fois et vous avez peut-être reçu les livres où ils ont recueilli mes lettres. On m’a dit que vous parliez maintenant à la radio du Périgord et que vous vous occupiez d’un festival.

C’est à ce propos que je vous écris. Il paraît qu’Annie Cordy est venue chez vous l’année dernière et qu’elle a lu quelques-unes de mes lettres. J’ai parié avec Jules que c’était pas vrai mais on a personne pour nous départager, si bien qu’on ne sait pas qui doit payer un coup à l’autre. Dans l’attente on s’en paye un chacun son tour,  mais un pari c’est un pari et on aimerait bien en avoir le cœur net. Si vous passez par là vous pouvez venir nous départager et vous profiterez du coup de cabernet.  Ici on peut pas entendre Radio Périgord, mais avec une antenne on a France Culture pour ceux qu’aiment ça, ou Louis Bozon le midi.  Si vous voulez un spectacle pour l’année prochaine pour votre festival, je vous envoie la carte de la Compagnie Mêtis, vous en ferez ce que voudrez et j’espère que cette lettre vous trouvera de même,

Ernestine Chassebœuf


Recto-Verso


Le  14 décembre 2005

 à  Jules  Mond

 

Cher Jules,

Je suis bien contente que l’éditeur de Ginkgo vous ait envoyé un tome 3, alors je vous envoie un tome 2, je pensais que vous l’aviez eu, on ne fait pas toujours les envois que je demande et je n’écris pas les petits mots  vu  qu’ils en ont envoyé 200 cette fois-ci, ça me prendrait des jours et faudrait trouver à chaque fois quelque chose d’amusant, c’est pas toujours facile.

J’espère que vous êtes bien remis de votre tour d’ambulance. De mon côté ma disparition ne m’a pas fait trop de mal, c’est un coup de l’éditeur pour passer dans les journaux. Ça ne fait que m’arranger parce qu’il y a des gens de la Vie Catholique qui me tournent autour et j’ai pas envie de les rencontrer. C’est pour faire une double page sur moi dans la Vie qui appartient à Lagardère, le missile d’une main, le chapelet de l’autre.

Je ne connais pas votre dictionnaire des îles, faudra m’en envoyer un, et pour "Jules Mond s’écrie partout"  d’accord pour la dédicace. Je vois souvent votre amie Danièle de Saint-Saturnin. Elle s’arrête en revenant de chez Louisette, ça lui fait deux vieilles pour le prix d’une, ça économise l’essence et j’espère que ma lettre vous trouvera de même, 

Ernestine Chassebœuf


Le  14 décembre 2005

à  Emmanuelle R.

Chère Emmanuelle,

Je vous remercie de votre courrier, même si j’ai eu du mal à lire votre nom et celui du Général pour l’adresse. J’ai mis Calembert à tout hasard, en souvenir de mon premier fils qui appelait le fromage comme ça quand il avait deux ans. J’ai regardé dans mon Larousse, pas de général de ce nom, mais c’est peut-être un général de la guerre de 40 qui ne figure pas dedans, étant imprimé en 1922.

Vous avez bien du mérite d’élever seule vos enfants, c’est pas facile mais c’est mieux que de les élever avec un père qui boit ou qui découche tous les soirs pour aller voir les filles, comme j’en ai connu. Au moins vous êtes tranquille et les chiens peuvent coucher sur le lit sans qu’on vous fasse des remontrances. Vous n’avez qu’à prendre un amant qui aime faire les papiers et remplir les factures.

Passez une annonce, il y en a sûrement que ça pourrait intéresser.

 Je mettrais :

J’ai lu les démêlés de votre amie avec les France-Télécom, faut lui dire qu’elle demande à ses grands gamins de payer eux-mêmes la note, qu’ils aillent travailler pendant les vacances, ça leur apprendra le prix de la vie. Et surtout pas de téléphone portable, c’est mauvais pour le cerveau et pour les enfants des écoles qui se trouvent souvent sous les antennes.

Vous allez pensez que je suis une vieille râleuse, mais justement c’est vrai. Surtout si vous me parlez des télécom : depuis ma lettre qui parlait de ça,  il y a trois nouveaux poteaux de téléphone cassés autour de Coutures. Maintenant qu’on va privatiser les autoroutes et les chemins de fer on se demande  qui voudra encore monter dans le Tégévé si les rails sont aussi bien entretenus que les poteaux du téléphone.

Continuez à râler, c’est bon pour l’artériosclérose, pas besoin de se  tartiner leur saloperie de Proactiv et j’espère que ma lettre vous trouvera de même, 

Ernestine Chassebœuf

F, 2 enf., piét. rêv. rom. 38 a, ch. H. séd. âge en rap. prlp, plf, et + si aff.

Je traduis :

Femme, 2 enfants, piétonne rêveuse romanesque, 38 ans, cherche homme séduisant, âge en rapport, pour remplir les papiers, payer les factures et plus si affinités.


Le  23 décembre 2005

à  Madame Varda,

            

Chère madame,

Je vous ai entendue à la radio, ça m’a fait penser que j’avais gardé pour vous des images du pont de Nantes pour votre collection, vous en avez parlé un jour. C’est dans un vieux Larousse que j’avais, mais comme le chat a pissé dessus j’ai été obligée de jeter presque toutes les pages. En plus avec l’humidité dans mon troglo  c’est dur de conserver les livres en état, faudrait faire du feu tout le temps, et le bois c’est cher heureusement je brûle des vieux cageots.

Je ne vous envoie pas le dernier recueil de mes lettres, ça coûterait aussi cher de timbres que de livre, mais on le trouve partout, même à Paris. J’ai un grand souvenir de vos glaneuses*, si ça repasse par ici je retournerai le voir.

Voilà, je vous souhaite des joyeuses fêtes et j'espère que ma lettre vous trouvera de même,

Ernestine Chassebœuf

 

* Agnès Varda rencontre  le monde des ramasseurs  qui, par nécessité ou choix, récupèrent les restes.


Le  23 décembre 2005

à  M. B.

 

Cher monsieur,

Je suis très flattée que vous ayez pensé à ma modeste personne pour participer à une revue spéciale sur Julien Gracq. Je n’ai pas grand-chose à dire sur lui vu que je ne l’ai pas rencontré et que je n’ai pas réussi à lire tous ses livres. A quelques kilomètres près on aurait pu aller à l’école ensemble puisque je suis originaire de Botz-en-Mauges, pas loin de Saint-Florent.  Mais après il a été aux études pendant que j’allais garder les vaches, et nos chemins se seraient séparés.

J’ai donné mes papiers à trier pour vous envoyer les copies des correspondances que j’ai eues avec lui. Vous remercierez bien la revue 303 qui a déjà fait un article sur mes lettres il y a quelques années, je vous souhaite des joyeuses fêtes et j'espère que ma lettre vous trouvera de même,

Ernestine Chassebœuf


A Coutures le 18 février

 

 

Chère Marion,
Bravo, tu es une championne de dessin des brebis et des petites filles, je vais essayer de faire aussi bien que toi. Comme j'ai pas de crayons de couleur, je le fais avec du café et un pinceau que j'ai fait avec le bout de la queue de mon chat, il est tellement vieux, il s'en est même pas aperçu. Fais encore des beaux dessins, encore merci et je t'embrasse bien fort,
 

Ernestine
 


Entrée  Politique  TSF. TV. Journaux  Pollution  Sur la piste...  Plan